Camille Goujon ou l’art en spéléo

13 octobre 2010

Camille Goujon ou l’art en spéléo

Quand on lui demande son nom, Camille Goujon répond : « Goujon, comme le poisson ». Non seulement Camille porte le nom d’un poisson, mais elle est née dans une baignoire. « Ensuite, j’ai coulé une enfance heureuse près de Paris. Au fur et à mesure que je grandissais, mon environnement bucolique et naturel se métamorphosait en Z.I, Z.A… Pendant les vacances, j’allais me baigner dans le lac de Parlou. Un été j’ai découvert terrifiée qu’il y avait des maisons sous le lac… On m’a expliqué que la vallée avait été inondée suite à la construction d’un barrage. » raconte Camille de son enfance. L’histoire continue, car aujourd’hui cette jeune artiste contemporaine de 34 ans vivant à Paris, a pour thème central de création, l’eau et l’environnement. Les stations d’épuration, les barrages hydrauliques, les forages pétroliers, les centrales nucléaires, les systèmes d’approvisionnement en eau des villes, et plus récemment les marées noires, passionnent cette artiste qui les transforme en dessins, sculptures, installations, vidéos, dans une expression à la fois humoristique, bucolique et donnant à réfléchir.

 Mac Adam, 2011

Travailleuse acharnée dotée d’une grande joie de vivre, personnellement engagées dans un mode de vie écologique, Camille, est régulièrement exposée en galeries et reconnue dans le milieu à la fois de l’art contemporain et de l’environnement. Elle relie magistralement ces deux univers, sachant travestir joyeusement des messages préoccupants, leur donnant force et possibilité de questionnement.

Alie Audouin

Portrait publié dans le magazine Neoplanète

numéro sept/oct 2010
www.neoplanete.fr

Comments are closed.