Archive for janvier, 2012

12 janvier 2012

Vive le Pessimisme

Voir le vert en noir, voilà une excellente eco-attitude pour l’année 2012. C’est le Commissariat général au développement durable qui nous le dit, les résultats du sondage d’Ipsos réalisé à sa demande à l’appui. Cette instance en charge de mettre en application la stratégie nationale du développement durable voulait savoir s’est-il préférable que les français soient optimistes ou d’être pessimistes afin qu’ils agissent en faveur de l’environnement. Vaut-il mieux voir la planète comme une grande catastrophe à l’aube de son effondrement dans un gouffre rempli de CO2 ou bien la voir comme un éternel paradis des animaux trop nheureux trop mignons pour faire un minimum d’effort environnemental? La réponse est claire, exit les jolis nounours d’amour ! place au moisi sur le permafrost, la réponse est du côté du dark. 1767023128Les personnes les plus engagées en matière d’environnement ont la nausée en voyant la planète terre. Les « pessimistes très engagés » représenteraient selon cette étude, un quart des français. Oui, on le savait, en France, on n’a pas le moral. Qui sont ces déprimés actifs ? Surtout des super diplômés plutôt aisés, urbains à  tendance bobo (tiens, il me semble commencer à reconnaître quelqu’un). Des même-pas-peur des livres d’Hervé Kempf et Jean-marc Jancovici. Attention, dans la famille pessimistes, il y a aussi les pessimistes inactifs, près d’un tiers de la population. Eux, la planète ne leur dit pas merci. Et les autres ? Les « sceptiques » et les « non concernés » forment un tiers de la population. Pour eux, la planète n’est même pas un sujet. Heureusement, il reste les optimistes engagés (on notera bien la différence avec les pessimistes qui sont TRES engagés), moins nombreux, seulement un français sur cinq. Les membres de cette minorité positive sont bien utiles, surtout sur le plan social, car ils ne plombent pas le moral des autres dès le matin. Ils ne vous servent pas un Schopenhauer avec votre café tout en vous faisant remarquer que les températures d’hiver ne sont toujours pas au rendez-vous, de même que celles de l’automne ne se sont pas non plus pointées, ils vous disent seulement « fait beau, non? » avec un sourire…ça repose.

Le mot d’Alice, chronique publiée dans le magazine Néoplanète février 2012