Archive for septembre, 2011

5 septembre 2011

Découplage, relatif ou absolu ?

Cela ne concerne ni la mécanique ni le divorce. Ce mot est la star actuelle de très nombreux débats rassemblant les économistes et les acteurs du développement durable. De quoi parle-ton ? De l’idée simple qui consiste à désolidariser la croissance économique de son impact environnemental.  Si l’on croit en cette idée de découplage, alors il est possible de continuer à créer encore plus de richesses économiques en dégradant moins voire plus du tout les écosystèmes et le climat.

 

1020751675(source : UNEP)

La question de fond est de savoir si le découplage peut être relatif ou absolu. Il est relatif si la dégradation environnementale est moins rapide que la croissance économique (les deux avancent plutôt selon des parallèles). Il est absolu si cette dégradation diminue quand la croissance augmente (là, c’est l’effet ciseau, chacun avance dans un sens différent).  Le découplage relatif parait insuffisant aux yeux de certains car si l’impact environnement augmente moins vite, il croît quand même ! Les débats les plus houleux portent principalement sur le découplage absolu, qui serait la solution moins dérengeante au problème. Un nouveau modèle économique, entièrement circulaire et décarboné permettrait de le réaliser selon certains.  Le célèbre économiste Tim Jackson, dans son ouvrage « Prospérité sans croissance » le croit lui, impossible. Si le découplage absolu n’est pas atteignable, alors il n’y a plus qu’une solution pour préserver l’environnement et le climat : une forme de décroissance, une baisse volontaire du pouvoir d’achat.  Dans tous les cas, croissance ou pas, il s’agit faire évoluer notre modèle économique.
Alice Audouin
Publié dans le magazine Néoplanète. www.neo-planete.com
Numéro septembre 2011.

Voir aussi : http://www.unep.org/resourcepanel/Publications/Decoupling…