Archive for décembre, 2010

31 décembre 2010

Comment bien se composter

Les toilettes consomment entre 5 et 20 litres d’eau à chaque utilisation et 1500 litres d’eau potable par personne par mois. Il est temps de l’économiser et de ne plus la polluer. Les Suédois mettent déjà massivement en place la solution alternative, les toilettes sèches, c’est-à-dire sans eau. Là-bas dans certaines régions, elles sont la condition sine qua non d’obtention d’un permis de construire. Comment cela marche, s’il n’y a pas d’eau ? Avec du bois. Cela fonctionne comme nos toilettes, même confort, mais au lieu d’une chasse d’eau il y a à la place un sac de sciure et on en met deux louches après son passage. Le papier c’est comme la sciure, c’est du bois, cela marche avec, et les deux existent en FSC. C’est une sorte de litière, mais bio-maitrisée. Non, nous ne sommes pas devenus des chats! Nous nous compostons pour mieux rendre à la nature ce qu’elle nous a donné. Dans sa version campagne, un seau sous les toilettes permettra de faire un bon engrais pour le jardin. Dans sa version urbaine et la plus sophistiquée (donc électrique) la cuvette des toilettes est reliée par un tuyau à une unité de compostage, qui peut être dans un sous-sol d’immeuble, comme une sorte de poubelle qui est ramassée (par des messieurs de la propreté très spécialisés) pour faire de l’énergie ou de l’engrais. Il existe également des petits modèles design pour les jeunes urbains et des modèles avancés séparant le solide du liquide pour optimiser leur traitement. Nature is back in town !

Les bénéfices environnementaux sont énormes, moins d’eau, moins de pollution des eaux et donc plus de biodiversité. Et plus de santé : fini le retour de la chimie à l’envoyeur par le robinet, les stations d’épuration ne filtrant pas à 100 % les détergents, les médicaments, etc.
Mais oublions la planète, pensons à nous, à ce moment d’intimité où nous utilisons les toilettes. Là, bonne nouvelle, la sciure recouvre toutes les traces et odeurs et amortit tous les bruits. Finie l’appréhension d’un « pssit » ou d’un « floc » pouvant être entendus à 50 mètres même à travers une porte bien fermée. Finie la montée d’angoisse après avoir tiré dix fois la chasse d’eau sans résultat. Là, c’est zen. On peut enfin être à son aise ailleurs que chez soi. Première invitation ne rime plus avec constipation.
Allez on-y va, on oublie les totems et les tabous, on opte pour la formule la plus basique à vider près de chez soi. Une fois réussie l’épreuve de verser son petit compost personnel pour fertiliser le jardin partagé du quartier, l’écologie conviviale est sûre de triompher!

Alice Audouin

2942447272Photo : « NATURUM est une toilette sèche haut de gamme. Elle peut être installée en appartement aussi bien qu’en maison individuelle. Elle fonctionne sans eau, sans électricité et sans produits chimiques. » (les toilettes sèches, c’est un miracle qui arrive là où on ne l’attendait pas)

 

Publié dans le numéro janvier/février 2011 de Néoplanète, entièrement consacré au thème de la forêt et ses avantages.
Précision : l’auteur n’a reçu ni cadeau ni récompense de la part de producteurs ou de promoteurs de toilettes sèches. Elle s’y est initiée toute seule, en version collective (même chose mais pas de cloisons entre les toilettes sèches), en Islande.