Archive for janvier, 2006

19 janvier 2006

La révolte consommée

« Révolte Consommée », de Joseph Heath et Andrew Potter, vient de sortir aux Editions naïve.

51DKCMSWV3L

Pensez-vous que «le capitalisme de consommation est un système dominé par les marques, visant l’uniformisation des goûts via la publicité pour faire davantage de profit.»? Oui? Vous êtes peut-être un peu rebelle, écolo, anar, alter ou anti quelque chose, ou encore un adepte de la «contre-culture», mais dans tous les cas, votre pensée est fausse. Les deux auteurs et sociologues canadiens vous disent pourquoi: Il n’y a pas de «système», et l’équation «société de consommation = société de masse = conformisme » est fausse, la bonne équation est « société de consommation = concurrence = non conformisme» (le capitalisme n’est plus dans la nécessité de produire des produits identiques donc d’imposer l’uniformité).

Pensez-vous aussi que «le système capitaliste est si global qu’il ne peut changer qu’en étant renversé?  Il doit être renversé de l’intérieur, par les mentalités, la culture, et pour cela un mouvement de contre-culture doit être encouragé.»? Oui? Apprenez que dans ce cas, vous êtes contre-productif. Arguments: 1° Les valeurs de la rébellion contre-culturelle (créativité, expérience directe, affirmation de soi, nouveauté…) sont devenues les valeurs gagnantes du capitalisme. Les mouvements hippie, punk rock, écolo, etc. sont tous devenus des points de départ de marchés juteux. 2° Le système peut changer sans être renversé radicalement si l’on sait problématiser ses failles en «problème d’action collective» et donc trouver une solution institutionnelle ou juridique adaptée. 3° La contre-culture a abouti a la confusion entre déviance et désobéissance (l’acte non-conformiste se prenant pour un acte politique en tant preuve de l’existence même de la société répressive) ce qu entame son efficacité.

Partagez-vous les visions proposées dans Bowling for Columbine (M. Moore), No logo (N. Klein), et American Beauty ? Oui? Sachez que vous aimez des oeuvres fondées sur un mythe dépassé et faux.

Résultat : Si vous avez répondu « Oui» aux trois questions, ce livre a suffisamment d’intelligence pour
vous faire changer d’avis.

Article publié dans la lettre d’information 2050 de janvier – février 2006