Warning: Declaration of PLL_Walker_List::walk($elements, $args = Array) should be compatible with Walker::walk($elements, $max_depth, ...$args) in /home/aliceaud/www/wp-content/plugins/polylang/include/walker-list.php on line 0

  • EnglishEnglish
  • Client sale

    21 octobre 2011

    Client sale

    Quel est le point commun entre les dictateurs, les mafieux, les patrons de multinationales et les stars ? Possèder des objets de luxe. Oui mais ! la différence cruciale qui distingue les deux premiers des deux derniers, c’est l’origine des fonds qu’ils utilisent pour les acquérir. Entre de l’argent issu de la fraude, de la corruption, du vol ou de l’esclavage sexuel et l’argent gagné grâce à un salaire ou un contrat signé avec un producteur (quoi que ces business eux-mêmes peuvent parfois être un circuit de blanchiment !) il y a une différence ! L’argent sale sert aujourd’hui à acquérir ce qui est désormais nommé des « biens mal acquis » : voitures de luxe, appartements de prestige, bijoux somptueux, garde-robes haute-couture, etc. A chaque reportage sur un truand ou un dictateur déchu, les médias dévoilent l’ampleur des achats, une véritable avalanche de trésors acquis pour un grand nombre d’entre eux dans notre pays. L’expert Odilon Audouin*, directeur de la sécurité financière au Cabinet Deloitte et spécialisé dans les dispositifs de lutte anti-blanchiment, évoque, à l’instar de l' »argent sale », la notion de « client sale ».

    3134980516

    Comment ces bandits de haut vol ont-ils acheté facilement tous ces biens dans notre pays ? La loi interdit pourtant tout paiement en liquide pour des sommes supérieures à 3000 euros. Mais elle est peu respectée. Tracfin, l’organisme officiel chargé de lutter contre le blanchiment d’argent, déplore la quasi absence de « déclarations de soupçon » de la part du secteur de la joaillerie et des antiquaires. Si le secteur du luxe semble peu coopératif, le joailler Adamence affirme, lui, appliquer la loi à la lettre et met un point d’honneur sur la transparence de ses transactions. Dans les autres cas, c’est « au cas par cas » qu’il s’agit de réagir. C’est simple, si l’on voit arriver dans sa boutique de luxe un russe de deux mètres de haut montrant un passeport norvégien, en compagnie de deux adolescentes bulgares et portant une valise de cash ou voulant payer des îles Cayman, on passe un petit coup de fil à Tracfin ! 🙂

    Le phénomène du client sale et des biens mal acquis, à l’heure où les abus des dictateurs sont jugés insupportables, reversera-t-il le piédestal du luxe ? Sans une lutte active contre cette dérive, les signes extérieurs de richesse deviendront-ils en partie des signes extérieurs de détresse…de ceux que l’on ne voit pas ?

    Cet article a été publié dans le magazine Neoplanète spécial Luxe numéro de décembre

    Pour aller plus loin, lire « Luxe et développement durable » (Eyrolles, 2011) et consulter les expertises de Sherpa, de Transparency, de Legambiente et du CCFD
    * : parenté avec l’auteur de l’article

    Comments are closed.