Warning: Declaration of PLL_Walker_List::walk($elements, $args = Array) should be compatible with Walker::walk($elements, $max_depth, ...$args) in /home/aliceaud/www/wp-content/plugins/polylang/include/walker-list.php on line 56

  • EnglishEnglish
  • Cape Farewell: les artistes face au réchauffement climatique

    19 septembre 2006

    Cape Farewell: les artistes face au réchauffement climatique

    Cape Farewell est une initiative anglaise invitant des artistes à constater in situ le réchauffement climatique. Créé par David Buckland, Cape Farewell a d’ores et déjà mené trois expéditions (2003, 2004, 2005) dans les eaux gelées du pôle Nord, avec à bord des artistes de renom international comme Antony Gormley, Rachel Whiteread, Siobhan Davies, Gary Hume, etc. Le but de la démarche est que les artistes prennent pleinement conscience du réchauffement climatique et des atteintes à la biodiversité et qu’ils transmettent ensuite au « grand public » leur expérience au travers de leur domaine d’expression (chorégraphie, musique, sculpture, poésie, peinture, installation…) Les oeuvres issues de ces voyages sont exposées Outre-manche (Natural History Musuem, Université d’Oxford…) et ont fait l’objet d’un reportage de la BBC. Leur beauté et leur diversité sont éloquentes, une peinture évoque les malformations génétiques des grands ours blancs dues à des intoxications chimiques, une chorégraphie s’inspire de la chute de la biodiversité à travers un jeu de tiges métalliques accrochées au corps, une sculpture en squelette de baleine étincelante de cristaux de sel illustre les déboires des grands mammifères marins, une nouvelle île née de la fonte des glaces fait l’objet d’une installation par un artiste qui s’en déclare propriétaire.

     

    capefarewellŒuvre de David Buckland

    Au moment où le réchauffement climatique est présent dans les médias à la façon d’une information alarmiste et scientifique, la présence de l’émotion et de l’imaginaire montre la limite de notre façon de prendre le problème, par la technique et non par l’art. Pourtant, si les écrivains, les scénaristes, les peintres, les photographes, les humoristes, les chorégraphes, les musiciens assimilaient ce thème et le déclinaient dans leur espace créatif, il ferait en conséquence partie de notre culture et
    de fait, serait plus enclin à changer notre vision du monde et donc nos habitudes.
    www.capefarewell.com

    Article publié dans la lettre d’information 2050, numéro Septembre-octobre 2006

    Comments are closed.